Les difficultés impactant une entreprise

Les difficultés qui peuvent impacter l’activité d’une entreprise sont soit  externes soit internes.

Il peut s’agir de difficultés lié à la conjoncture économique. Elles ont pour conséquence une morosité de la consommation, une baisse du pouvoir d’achat, une réduction des déficits publics entrainant la baisse de la commande publique (Etat, collectivités territoriales, hôpitaux). Dès lors que les entreprises ne sont pas majoritairement exportatrices elles ne peuvent compenser à l’international la baisse d’activité liée au marché interieur.

L’augmentation du prix de la matière première est un autre facteur externe pouvant entrainer des difficultés. Elle a notamment un impact sur la trésorerie de l’entreprise. Elle impacte également le niveau des marges, qui auront tendance à baisser. D’autre part, la répercussion de cette augmentation, dans un contexte de réduction du pourvoir d’achat, entraine une baisse globale des ventes.

Les risques liés aux clients ou aux fournisseurs sont également des facteurs externes de difficultés. En effet, La défaillance d’un gros client ou d’un fournisseur est un facteur de risque potentiel. La perte d’un client principal peut également créer une baisse significative du chiffre d’affaires et entrainer des difficultés. Le changement de stratégie d’un concurrent peut avoir des conséquences sur tout un secteur. Un marché ou une guerre des prix est lancé aura pour conséquences une diminution des tarifs , une perte de clients pour les concurrents , une baisse du chiffre d’affaires et des marges et des réductions d’emplois avec un besoin grandissant en Fonds de Roulement (exemple de l’entrée sur le marché de Free). Ces effets boule de neige, nuisent à la situation de l’entreprise jusqu’à conduire à un dépôt de bilan.

Le changement d’une politique publique, règlementaire ou fiscale, peut pénaliser l’activité de tout un secteur d’activité (exemple l’augmentation du taux de Tva).

Il existe des difficultés liées à des erreurs stratégiques du chef d’entreprise et de son management, soit des difficultés dites endogènes ou internes.

Avoir une vision court-termiste est une erreur stratégique importante. Le manque d’interprétation du retournement du marché et des attentes du consommateur peuvent avoir des impacts considérables sur l’activité d’une entreprise (pertes importantes, fermetures, suppression d’emplois).

Le déni de réalité constitue également une erreur stratégique. Si les difficultés d’une entreprise étaient détectées suffisamment tôt, des moyens pourraient être mis en oeuvre qui pourraient non seulement sauver l’entreprise de la disparition mais également sauvegarder un grand nombre d’emplois. Or, la plupart du temps, c’est souvent avec un passif dépassant l’entendement que les entreprises demandent de l’aide. La raison de cet attente est, malheureusement, que la plupart du temps, le chef d’entreprise ne voit pas la situation de son entreprise de manière objective, mais à travers une vision optimisme. De fait, alors que la situation se dégrade, il pense, à tort, qu’il s’agit que d’un problème temporaire et que tout va rentrer dans l’ordre. Cette attitude coûte souvent très cher car en matière économique (comme ailleurs), plus on attaque un problème tard, moins on a de chances de le soigner. Car il aura pris une ampleur telle que les quelques actions qui auraient suffit au commencement n’ont alors plus aucun effet. Il faut donc rester en alerte, ne jamais minimiser les premiers signaux annonciateurs de difficultés, combattre ce repli naturel sur soi et se faire violence pour justement communiquer sur ses difficultés et accepter qu’on ait pu faire des erreurs. Il faut également savoir s’entourer de vrais professionnels.

8,891 Comments